Comparaison des mordançage total ( TE ) et Self Etch ( SE ) ​​adhésif pour le placement des restaurations.

Source: Journal of Conservative Dentistry. Jan/Feb2015, Vol. 18 Issue 1, p20-24. 5p.
conclusion : le Total etch est plus sur que le self etch 


[Résumé de l'auteur] (traduit)

Il ya des études limitées sur la comparaison des mordançage total ( TE ) et Self Etch ( SE ) ​​adhésif pour le placement des produits d'étanchéité . Objectifs : L'objectif de l'étude était de comparer la rétention des scellements de sillons placés en utilisant TE adhésif à ces produits d'étanchéité placé en utilisant SE ( septième génération ) adhésif. Réglages et design: L'étude a été menée dans la section dentaire, Aga Khan University Hospital . Cette étude était un seul essai randomisé en aveugle avec une conception de la bouche fendue . Matériels et Méthodes : L'étude a inclus 37 patients , 101 dents ont été inclus dans les deux groupes de l'étude. Le bras d'intervention a été traitée avec SE adhésif ( Adper Easy One , 3M ESPE , Etats-Unis) . Bras contrôle ont reçu TE adhésif ( Adper Single Bond 2 , 3M ESPE , Etats-Unis) avant l'application du mastic. Les patients ont été suivis après six mois d'évaluation de la rétention d'étanchéité . L'analyse statistique utilisé : accord de Interexaminer pour l'évaluation des résultats a été évaluée par Statistique Kappa et les résultats dans le groupe d'intervention a été évaluée par le test de McNemar . Résultats: Quatre-vingt- une paires de molaire ( 90 % ) ont été réévalués pour la rétention d'étanchéité . Rétention complète était de 56% dans le bras TE et 28 % dans le sud- bras avec un odds ratio ( OR) de 3,7 . Conclusions : étanchéité appliquées avec des adhésifs TE montrent taux de rétention d'étanchéité complète que SE adhésif supérieur. [Résumé de l'auteur].

[Résumé de l'auteur] (originale) :

Abstract:
Context: There are limited studies on comparison of Total etch (TE) and Self etch (SE) adhesive for placement of sealants. Aims: The aim of the study was to compare the retention of fissure sealants placed using TE adhesive to those sealants placed using SE (seventh generation) adhesive. Settings and Design: The study was conducted in the dental section, Aga Khan University Hospital. This study was a randomized single blinded trial with a split mouth design. Materials and Methods: The study included 37 patients, 101 teeth were included in both study groups. The intervention arm was treated with SE Adhesive (Adper Easy One, 3M ESPE, US). Control arm received TE adhesive (Adper Single Bond 2, 3M ESPE, US) before sealant application. The patients were followed after 6 months for assessment of sealant retention. Statistical analysis used: Interexaminer agreement for outcome assessment was assessed by Kappa Statistics and outcome in intervention group was assessed by McNemar's test. Results: Ninety-one pairs of molar (90%) were reevaluated for sealant retention. Complete retention was 56% in TE arm and 28% in SE arm with an odds ratio (OR) of 3.7. Conclusions: Sealants applied with TE adhesives show higher rate of complete sealant retention than SE adhesive. [ABSTRACT FROM AUTHOR]


[conférence en direct] Echecs en dentisterie adhésive : causes et prévention.



Dépassons les frontières pour partager notre expérience ! En pratique quotidienne, la finalité de tout traitement restaurateur et prothétique réside dans son intégration biologique, esthétique et fonctionnelle. La pérennité de ces restaurations dépend non seulement du ou des matériaux choisis, mais aussi de leur mise en oeuvre. Pourtant, combien de restaurations collées sont encore déposées chaque jour pour persistance de sensibilités post opératoires ou pour raison esthétique ? Combien tombent spontanément sans qu’on n’en connaisse la raison ? Ne vous est-il jamais arrivé de voir un joint prothétique se colorer sans savoir pourquoi ni que faire ? Bref, nous allons lors de cette séance essayer de comprendre l’influence de l’opérateur sur ces traitements, mais surtout de trouver les bonnes pratiques pour nous prémunir de ces échecs, et de bien d’autres ! 

1. Les échecs en dentisterie adhésive directe dans les secteurs postérieurs, par Annie Saint Georges (Université de Montréal, Québec) 





Les résines composites ont changé considérablement depuis leur introduction au milieu des années 1960 et ce, grâce aux améliorations apportées au niveau de leurs propriétés physiques et mécaniques. De nos jours, basés sur les recherches de laboratoire et clinique, la mise en place d’une restauration en résine composite combinée à une utilisation appropriée d’une résine adhésive est une alternative acceptable, voire même souhaitable, pour les dents postérieures qui nécessitent d’être restaurées. Bien que la longévité des restaurations adhésives directes en composite semble être comparable aux restaurations en amalgame, il est primordial de comprendre que cette longévité est directement reliée à certains facteurs tels que la largeur de la restauration, le risque carieux que présente le patient mais aussi, la technique utilisée par le dentiste. Il ne fait aucun doute que la mise en place d’une restauration adhésive directe au niveau du segment postérieur représente des défis auxquels le dentiste est confronté et pour lesquels il se doit d’être suffisamment méticuleux pour les contrer. L’un de ces défis est d’arriver à faire le collage de la restauration grâce à l’application d’une résine adhésive qui se doit d’être appliquée simultanément sur l’émail et la dentine. Déjà, cela représente un exploit en soit puisque ces deux tissus dentaires calcifiés sont structurellement différents et réagissent différemment selon la technique adhésive utilisée, à savoir celle qui utilise le mordançage total ou l’autre catégorie, l’auto mordançage. La réalisation d’une restauration en résine composite est un art, non seulement au niveau du résultat esthétique dont il est possible d’obtenir, mais aussi au niveau de son exécution. Comme un artiste, le dentiste ne peut se permettre de sauter une étape dans l’espoir d’accélérer la procédure car le risque d’échec est trop grand. En effet, l’obtention du résultat final nécessite tellement d’éléments clés sur lesquels le dentiste doit porter une attention particulière. Si l’un de ces éléments fait défaut, à savoir l’isolation du champ opératoire, l’application de la résine adhésive, l’insertion et la polymérisation de la résine composite, les effets secondaires se font ressentir très rapidement. L’un de ces effets secondaires est la sensibilité post-opératoire. La sensibilité sous une restauration directe peut créer une sensation désagréable pour le patient et représenter un véritable casse-tête pour le dentiste puisque les causes peuvent être multiples. La connaissance des matériaux susceptibles de minimiser cette sensibilité résiduelle et l’utilisation d’un protocole clinique empreint de rigueur sont essentielles au traitement d’une dent pulpée recevant ce type de restauration. La création d’un point de contact adéquat, c’est-à-dire suffisamment fort et de bonne dimension, autant bucco-lingualement qu’occluso-gingivalement, est un autre défi auquel le dentiste doit faire face lors de la réalisation d’une Classe II en résine composite. Plusieurs systèmes de matrice existent et ils sont tous pertinents à un moment ou à un autre, selon les situations et les cas cliniques. Évidemment, certains trucs et astuces doivent être parfois jumelés à ces matrices et aux coins de bois pour obtenir une forme de contour proximale et une embrasure gingivale adéquates. 

2. Comment éviter les échecs des restaurations directes du secteur antérieur, par Marie Clément (Université de Lyon)




 Devant une perte de substance faible à moyenne au niveau antérieur, la méthode directe de stratification de composite répond à tous nos impératifs. Celle-ci autorise également une préparation minimale, répondant à un concept de dentisterie la moins invasive possible. Ces restaurations directes du secteur antérieur sont donc aujourd’hui largement utilisées dans notre pratique quotidienne. L’évolution des composites traditionnels vers des composites à haut rendu esthétique, conçus pour la technique de stratification, l’utilisation de clés en silicone et le positionnement de petites masses de composite de manière anatomique, permettent aujourd’hui de réaliser des restaurations de grande qualité mécanique, fonctionnelles et esthétiques. Toutefois une telle séance constitue souvent un challenge pour le praticien et un geste thérapeutique difficile à conduire. En effet, des échecs peuvent survenir. Ces derniers sont essentiellement de deux types au niveau antérieur : les échecs mécaniques et les échecs esthétiques. Les échecs mécaniques, constitués par la dégradation ou le décollement des restaurations, peuvent être évités avec un choix du matériau adhésif spécifique à ce secteur, et une procédure clinique rigoureuse qui sera détaillée. Les échecs esthétiques sont eux majoritairement constitués par des problèmes de forme de couleur, d’état de surface ou encore de visibilité du joint. L’analyse pré-opératoire de la ou des dents à restaurer est indispensable afin de mettre en place une méthodologie opératoire raisonnée pour des restaurations fonctionnelles et esthétiques dans ces secteurs antérieurs. La qualité esthétique d’une restauration est liée principalement à sa capacité à simuler l’ensemble des caractéristiques optiques des tissus naturels que sont la dentine et l’émail. Dans le but d’obtenir une simulation la plus proche possible de ces tissus, les techniques de stratification, avec un choix de matériaux adaptés, seront décrites et la procédure clinique rigoureuse, essentielle à la réussite et à la pérennité de ces restaurations, sera détaillée étape par étape 

3. Approche clinique rationnelle visant à limiter le risque d’échec des restaurations indirectes collées, par Alain Vanheusden (Université de Liège, Belgique) 


Les techniques de prothèse fixe conventionnelles de ponts et couronnes sur dents naturelles, voient aujourd'hui leurs indications diminuer au profit de techniques plus respectueuses de l'organe dentaire et de son environnement. Celles-ci associent une réduction minimale des tissus amélo-dentinaires encore présents et la restauration de la dent grâce à une liaison physico-chimique performante et durable entre la restauration et le pilier. Cette philosophie de traitement interceptive s'inscrit dans le concept thérapeutique de la bioémulation qui consiste à traiter une dent en réduisant au strict minimum son capital tissulaire et en la restaurant par un biomatériau adapté à sa composition, sa fonction et son esthétique. Elle permet, en outre, d'augmenter sa durée de vie en réduisant significativement les complications biologiques et/ou de retarder son remplacement par un implant. Si ces techniques se montrent aujourd'hui, au moins, tout aussi performantes et fiables que d'autres plus traditionnelles, elles nécessitent toutefois une bonne connaissance des biomatériaux à employer ainsi que le respect de protocoles cliniques rigoureux. L'objectif de cette séance « internationale » est d’insister sur les principaux éléments cliniques qui sont susceptibles d’influencer l’échec ou la réussite de l’ensemble de nos thérapeutiques faisant appel à l’adhésion, qu’elles soient antérieure, postérieure, directe ou indirecte. Nous verrons donc : • comment mettre en oeuvre sereinement ces thérapeutiques adhésives, • comment optimiser nos résultats esthétiques, et leur durée de vie, • et enfin quels matériaux (colles, adhésifs, composites, …) choisir en fonction des actes réalisés.

Congrés de medecine dentaire en grand maghreb.

[Etude] Sport de compétit ion: bon pour les dents?

Les athlètes de haut niveau: un groupe à risque


On les imagine avec une hygiène de vie irréprochable. Pourtant, c‘est peutêtre la pratique du sport à très haute dose qui cause des problèmes dentaires aux sportifs de haut niveau. L‘an dernier, une étude réalisée sur 278 athlètes durant les Jeux olympiques de Londres en 2012 a été publiée dans le British journal of sport medicine. Elle met en lumière la mauvaise santé dentaire de ces sportifs de haut niveau: caries, érosion dentaire, gingivite... Une équipe de l‘université allemande d‘Heidelberg a voulu aller plus loin, pour savoir pourquoi les dents de ces sportifs étaient dans un tel état et si cela avait un rapport avec leur activité physique. Ils ont mené leur étude sur un panel de 70 hommes et femmes, composé pour moitié de triathlètes et pour moitié d‘adultes non-athlètes mais en bonne santé. Ils ont renseigné leur régime, leur consommation
de sodas et autres boissons énergisantes, leur hygiène de vie, etc. Les chercheurs ont analysé leur dentition et leur salive. A priori, les chercheurs soupçonnaient les boissons et les régimes alimentaires des sportifs d‘être responsables de leurs problèmes dentaires. Mais l‘étude – qui méritera cependant d‘être complétée en raison du panel relativement restreint – a montré un tout autre résultat. Le groupe d‘athlètes présentait des cas d‘érosion dentaires et de caries significativement plus élevés que les non-sportifs. Ces cas étaient plus élevés chez les athlètes passant le plus de temps à s‘entraîner. D‘ailleurs, après une séance de sport, les chercheurs ont observé que les sportifs avaient moins de salive. Leur bouche était plus sèche, qu‘ils consomment ou non de l‘eau ou d‘autres boissons durant l‘exercice. La salive elle-même était de plus en plus alcaline, ce qui peut notamment engendrer le développement de plaques dentaires.

[Radioprotection] Les cinq commandements du chirurgien dentiste.

De la déclaration des installations de radiologie à la formation de la personne compétente en radioprotection (PCR) en passant par les suivis dosimétriques, ce qu'il faut savoir de nos obligations en radioprotection.
Une synthèse cosignée par l'Ordre, l'ADF, la CNSD et l'UJCD

Les 5 (cinq) commandements du chirurgien dentiste.
1 . DÉCLARER SON INSTALLATION .
2 . SE FORMER À LA RADIOPROTECTION DES PATIENTS.
3 . DÉSIGNER UNE PCR.
4 . EFFECTUER LES CONTRÔLES ET LA MAINTENANCE. 
5 . PROTÉGER ET FORMER LE PERSONNEL.


Ies instances professionnelles sont régulièrement sollicitées par les confrères sur ■■ la question de leurs obligations en matière de radioprotec-tion. Afin de les aider, l'Ordre, l'ADF, la CNSD et l'UJCD ont réalisé une synthèse de ce qu'un chirurgien-dentiste doit savoir et surtout faire pour respecter la réglementation dans le domaine. Celle-ci porte sur la déclaration du matériel, la formation à la ra-dioprotection des patients, la formation de PCR, les contrôles et la maintenance du matériel et, pour les cabinets employant des salariés, la formation et la protection du personnel.

1 . DÉCLARER SON INSTALLATION .

Tous les appareils de radiodiagnostic d'un cabinet dentaire doivent faire l'objet d'une déclaration auprès de la division territoriale de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cette obligation a évolué au cours du temps, passant le 20 juin 2004 du régime d'agrément attribué à un seul appareil et valable dix ans à celui de déclaration, pour l'ensemble des appareils du cabinet, valable cinq ans.

2 . SE FORMER À LA RADIOPROTECTION DES PATIENTS.

Tous les praticiens doivent suivre et valider une formation à la radio-protection des patients avant le 20 juin 2009. Cette formation doit être conforme aux annexes I et II-4 de l'arrêté du 18 mai 2004. A l'issue de celle-ci, l'organisme formateur délivre au praticien ayant suivi la formation un document attestant de sa validation. Ce document doit être tenu à la disposition des agents chargés du contrôle. Cette formation devra être réactualisée tous les dix ans.

3 . DÉSIGNER UNE PCR

Au titre du Code du travail, la personne compétente en radiopro-tection assure, sous la responsabilité de l'employeur, différentes issions :
•articipation à l'élaboration du dossier de déclaration ; • évaluation de la nature et de l'ampleur des risques auxquels sont confrontés les travailleurs (R. 4456-10) et organisation de la radioprotection (participation aux analyses de postes de travail, à la définition des objectifs de dose, à la délimitation des zones réglementées, à la vérification de la pertinence des mesures de protection mises en œuvre...) 

4 . EFFECTUER LES CONTRÔLES ET LA MAINTENANCE 

Trois contrôles différents sont obligatoires en matière de radioprotection. Les contrôles d'ambiance permettent d'évaluer l'exposition des personnels. Les contrôles techniques de radioprotection ont pour but de s'assurer de l'efficacité de l'organisation et des dispositions techniques mises en place dans le cabinet pour assurer la radioprotection des personnels, mais aussi du public et de l'environnement Enfin, les contrôles de qualité permettent d'évaluer le maintien des performances des appareils de radiologie et concourent à la radioprotection des patients.

5 . PROTÉGER ET FORMER LE PERSONNEL

 La protection du personnel du cabinet dentaire contre les rayonnements ionisants doit être assurée conformément au Code du travail. L'article R. 4453-14 oblige notamment le praticien employeur à constituer des fiches d'exposition individuelles à transmettre à la médecine du Travail. Elle permet une démarche globale d'évaluation des risques en identifiant les sources de danger

Dossier spéciale " Biodentine ".

Dans ce dossier spéciale on a récolté le maximum des sources qui decrit le " Biodentine " , et a cause des copyright on a cité seulement les résultat des recherches.


Source N°1

* Titre traduit : le traitement combiné endo-paro en scellant des palato - radiculaire rainure utilisant Biodentine. 
* Titre originale : "Treatment of combined endodontic: periodontic lesion by sealing of palato-radicular groove using biodentine". 
* Source : Journal of Conservative Dentistry | Nov-Dec 2014 | Vol 17 | Issue 6. 

Résumé (traduit ) des travaux : la rainure Palato-radicular si laissé sans surveillance peut prédisposer les incisives supérieures à la perte d'attache. Ce rapport de cas impliquait une incisive latérale supérieure avec un type III de la rainure palatoradicular et parodontale associée et l'implication pulpaire. Les résultats du traitement qui ont été obtenus dans ce cas sont le gain clinique de fixation (8 mm), aucune augmentation de la récession gingivale, et la disparition de la raréfaction osseuse, soulignant ainsi le fait que l'approche interdisciplinaire complexe peut avoir de l'espoir pour les dents avec de très mauvais pronostic .

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+

Source N°2

* Titre traduit : Effet de l'addition de 2% de chlorhexidine ou 10% sur la doxycycline activité antimicrobienne de Biodentine.
* Titre originale : " Effect of addition of 2% chlorhexidine or 10% doxycycline on antimicrobial activity of biodentine".
* Source :Journal of Conservative Dentistry | May-Jun 2014 | Vol 17 | Issue 3.

Résumé (traduit) des travaux : Dans les limites de la présente étude, les conclusions suivantes ont été tirées: 

1. L'activité antimicrobienne de Biodentine était clair contre les bactéries et les champignons testés. 

2. Sensibilité à l'Biodentine ou son mélange avec 2% de chlorhexidine ou 10% doxycycline est différente pour toutes les souches bactériennes testées. C. albicans était plus sensible tandis E. faecalis était moins. 

3. L'addition de 2% de chlorhexidine à Biodentine augmenté l'activité antibactérienne de Biodentine seul, alors que l'addition de 10% de la doxycycline a diminué Biodentine l'activité antibactérienne de Biodentine seul. 

Dans les tests de sensibilité antimicrobienne in vitro soi a ses limites, ainsi corréler les résultats in vitro avec l'activité in vivo est difficile. Autres recherches se imposent sur les propriétés physiques, par exemple, réglage temps de travail et après l'addition d'agents antimicrobiens au Biodentine, ainsi que sur le test de l'effet anti-microbienne des échantillons Biodentine déjà exposées que les résultats pouvaient être influencés par la solubilité et la diffusibilité de l'agent de test à travers l'agar. Recherche dirigée vers enquêter sur la réponse cellulaire au mélange / de chlorhexidine Biodentine serait également nécessaire avant de préconiser son utilisation clinique.

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+


Source N°3



* Titre traduit :La gestion endodontique de l'apex ouvert à l'aide Biodentine comme
nouvelle matrice apicale.
* Titre originale : Endodontic management of open apex using Biodentine as a novel apical matrix.
* Source : Indian Journal of Dental Research, 25(4) 2014 

Résumé (traduit) des travaux Biodentine peut être utilisé comme une alternative efficace à MTA comme l'a souligné à travers cette présentation de cas. l'apexification avec Biodentine nécessite beaucoup moins de temps. Cela peut réduire le temps de traitement entre les premier rendez-vous du patient et la restauration finale. L'importance de cette approche réside dans le nettoyage et la mise en forme effective du canal radiculaire, suivie de scellement apical avec un matériau qui favorise la régénération. En outre, il est réduit le potentiel pour une fracture de dents immatures avec des racines minces, en raison de placement immédiat de l'âme de stockage dans le canal radiculaire.

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+


Source N°4


* Titre traduit : Coiffage pulpaire direct Utilisation Biodentine.
* Titre originale : "Direct Pulp Capping Using Biodentine".
* Source : Serbian Dental Journal / Stomatološki Glasnik Srbije Date: April 1, 2014

Résumé (traduit) des travaux la Réparation de l'exposition de la pulpe a été un succès dans le groupe expérimental et de contrôle. Dans la plupart des dents,et la dentinogenèse réparatrice a donné lieu à la formation de ponts dentine et la préservation de l'intégrité fonctionnelle et morphologique de la pâte. L'analyse histologique a indiqué effets thérapeutiques favorables de Biodentine qui était semblable à MTA après coiffage pulpaire directe de la pâte chez les porcs vietnamiens.



-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+

Source N°5


* Titre traduit : Coiffage pulpaire direct Utilisant le " Biodentine ".
* Titre originale : "Direct Pulp Capping Using Biodentine".
* Source : Serbian Dental Journal / Stomatološki Glasnik Srbije Date: April 1, 2014

Résumé (traduit) des travaux la Réparation de l'exposition de la pulpe a été un succès dans le groupe expérimental et de contrôle. Dans la plupart des dents,et la dentinogenèse réparatrice a donné lieu à la formation de ponts dentine et la préservation de l'intégrité fonctionnelle et morphologique de la pâte. L'analyse histologique a indiqué effets thérapeutiques favorables de Biodentine qui était semblable à MTA après coiffage pulpaire directe de la pâte chez les porcs vietnamiens.

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+


Source N°6


* Titre traduit : Enquête sur Biodentine comme matériau de remplacement de la dentine.
* Titre originale : "Investigation of Biodentine as dentine replacement material.
* Source : Journal of Dentistry. 2013, Vol. 41 Issue 7, p600-610. 11p.


Résumé (traduit) des travaux : 
1 - Biodentine ne montre pas de modifications structurels et chimiques lors de la pose sur la dent avec 37% d'acide phosphorique.
2 - Biodentine  présentait un rapport inférieur de silicium/calcium et une réduction de la hauteur du pic de chlorure lorsqu'il est posé.



-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+


Source N°7


* Titre traduit : Effet de BiodentineTM sur la prolifération, la migration et l'adhérence des cellules souches de pulpe dentaire humaines
* Titre originale : "Effect of BiodentineTM on the proliferation, migration and adhesion of human dental pulp stem cells".
* Source : journalofdentistry 42 ( 2014 ) 490 – 497


Résumé (traduit) des travaux : 
Les données impliquent que BiodentineTM est un matériau bioactif et biocompatible capable d'améliorer hDPSCs prolifération, la migration et d'adhérence capacités.




-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-++-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+

Revue L’essentiel de l’ADC

Caricature pour la medecine dentaire !!!


Le jaggery et le sucre ; ils ont été suggérés comme substitut naturel de formol.

Le Formol a longtemps été fixateur standard pour la routine clinique dans le monde entier . 
En raison de préoccupations croissantes sur le potentiel cancérogène du formaldéhyde , des tentatives ont été faites pour trouver des alternatives plus sûres . 

En explorant substances plus économiques , respectueux de l'environnement et facilement disponibles comme jaggery et le sucre ; ils ont été suggérés comme substitut naturel de formol. But: comparer la capacité de fixation de tissu de sirop de sucre jaggery et à celle de formol à l'aide de l'hématoxyline et de l'éosine (H et E) et la tache de déterminer le meilleur fixateur entre les deux. Matériel et méthodes : Cinquante échantillons de tissus ont été obtenus à partir de gingivectomie patients ( non idiopathiques ) , coupé en quatre morceaux et placé dans du formol 10% , sirop de sucre de 20% , sirop de sucre de palme de 30% et d'eau distillée ; 24 h fixation de tissu a été obtenu à la température ambiante , suivie par la transformation et la coloration classique. 




Les coupes de tissus ont été évalués pour cytoplasmique , des détails nucléaires et la qualité de coloration en microscopie optique et la procédure entière a été aveuglé . Analyse statistique: Les résultats ont été analysés par analyse de Kruskal-Wallis de variance (ANOVA) test. Le score moyen était le plus bas pour les tissus fixés avec de l'eau distillée et le plus élevé pour le formol . Résultats: Les valeurs moyennes pour les tissus fixés avec du sirop de sucre et jaggery sont semblables les uns aux autres et plus proche de la formaline. Parmi deux fixateurs naturelles , la valeur moyenne des jaggery était supérieur . Préservation des tissus par jaggery donné de bons résultats que le sucre après avoir comparé avec du formol . 

Conclusion : le sirop Jaggery pour la fixation des tissus a donné de bons résultats. Par conséquent, il peut être adopté avec succès dans les laboratoires d'histopathologie de routine en place de formol .

source : Source: Journal of Oral & Maxillofacial Pathology (0973029X)
Date: November 2, 2014 

Nouvelle réglementation aux États-Unis des traitements du mercure en dentisterie

WASHINGTON, États-Unis : Malgré le fait que l´on connaisse les conséquences négatives sur l'environnement, des tonnes de mercure dérivées des amalgames de plombage finissent chaque année dans les égouts publics des États-Unis. Fin septembre, l'Environmental Protection Agency (EPA) a proposé de nouvelles mesures, visant à réduire les menaces résultant d´une mauvaise élimination des déchets notamment en imposant aux dentistes de tous les États-Unis d'employer des séparateurs d'amalgame.

Avec la nouvelle réglementation, qui fait partie de la Loi sur l'assainissement de l'eau, l'Agence espère diminuer les rejets métalliques toxiques, y compris le mercure, au moins de 8,8 tonnes par an. Afin de réduire la charge financière pour les États et les localités qui devront mettre en œuvre et superviser les nouvelles règles, l´EPA a annoncé des initiatives visant à simplifier les exigences de surveillance de l'industrie dentaire. Après l'assujettissement à une période de consultation publique et d'audience en novembre, la mesure devrait entrer en vigueur en septembre, l'année prochaine.
D´après l'EPA, près de 3,7 tonnes de mercure par an provenant des cabinets dentaires, sont libérées aux États-Unis. Selon le Zero Mercury Working Group, 50 % du mercure total est libéré dans le système public de traitement des eaux usées par les industries dont la dentisterie. Les séparateurs d'amalgames ont d´ores et déjà montré leur efficacité dans le domaine du métal toxique, pourtant à ce jour, seul 12 États, dont New York et le Massachusetts, ont préconisé leur utilisation dans les cliniques dentaires. Selon les nouvelles règles, les dentistes de tous les états devront installer et utiliser ces systèmes en permanence.
Kenneth J. Kopocis, administrateur adjoint de l'Office de l'eau de l'EPA, a déclaré dans un communiqué : « Il s'agit d'une règle de bon sens qui permet de retirer le mercure à un coût relativement faible, avant qu´il ne soit dispersé sur le réseau publique de traitement. Cela renforcera la protection de la santé humaine en demandant l´élimination basée sur la technologie et sur les pratiques qu'environ 40 pour cent des dentistes à travers le pays utilisent déjà grâce à l'American Dental Association (ADA), à nos états et aux partenaires locaux. »
Depuis 2007, l'ADA recommande l'utilisation de séparateurs pour éliminer des amalgames dentaires par le biais de ses guides de management. Cependant, les rapports montrent que, sans obligation, l’utilisation de dispositifs de traitement approprié des déchets d'amalgame manque encore sérieusement dans les États.
Interrogé par la Dental Tribune online les fonctionnaires de l´ADA ont déclaré que leur organisation examinera le dossier pour s'assurer que le poids de traitement ne soit pas excessif sur la profession dentaire. Rendre les cliniques dentaires entièrement conforme à la réglementation entraînerait un coût de 700 dollars par an.
Bien que relativement sans danger lorsqu'il est utilisé dans des produits d'obturation dentaire, le mercure peut devenir très toxique lorsqu'il réagit avec des microorganismes aquatiques spécifiques. Cette variante, connue sous forme de méthylmercure, peut être stockée chez des poissons et animaux qui se nourrissent eux-mêmes de poissons, et peut engendrer, en cas de consommation, des risques graves pour la santé de l'homme, notamment par l´apparition de maladies cardiovasculaires et de déficits du développement chez les enfants.

source : http://www.dental-tribune.com

En 2015 : 10 bonnes résolutions pour une bonne santé bucco-dentaire

C’est la nouvelle année ! Dental Tribune France et l´Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) s´associent pour vous présenter leurs meilleurs voeux et vous rappeler 10 bonnes résolutions à prendre pour une bonne santé bucco-dentaire. Les fêtes de fin d’année sont terminées, voici l’heure de la nouvelle année et celle des bonnes résolutions, parmi celles-ci : pensez à votre santé bucco-dentaire !

Pour bien commencer l´année, notez, sans tarder, dans votre agenda de rentrée et partagez avec vos patients les 10 résolutions préconisées par l´UFSBD pour conserver une bonne santé bucco-dentaire :

- Téléphoner à son dentiste pour caler sa visite de contrôle annuelle pour soi-même et son conjoint : en duo s’est plus plaisant !

- Ne pas oublier d’utiliser le bilan bucco-dentaire pour les femmes enceintes au 4e mois de grossesse. L’Assurance maladie a mis en place ce bilan gratuit.

- Penser à amener le petit dernier dès qu’il aura soufflé sa première bougie ! L’UFSBD recommande la première visite chez le dentiste dès les 1 an de l’enfant.

- Demander conseil à votre dentiste de famille si vous pensez qu’un rendez-vous chez l’orthodontiste pour votre enfant est nécessaire.

- Utiliser l’imprimé MT’Dents et prendre rendez-vous pour les enfants pour leur bilan bucco-dentaire.

- Passer par le rayon hygiène pour voir les nouveautés d’hygiène bucco-dentaire : et pourquoi ne pas s’initier au fil dentaire, à compléter par un bain de bouche, pour terminer son geste quotidien d’hygiène. Passer entre chaque espace inter-dentaire le fil dentaire après le brossage du soir.

- Acheter une nouvelle brosse à dents. La vôtre a sûrement besoin d’être changée. Il est recommandé de changer de brosse à dents tous les 3 mois.

- Prendre le temps de lire les étiquettes et choisir un dentifrice adapté à chaque personne du foyer suivant l’âge ou la pathologie dentaire. L’UFSBD explique sur son site internet les recommandations de dosage en fluor selon votre âge dans ses fiches patients.

- Eviter le grignotage : On a abusé des bons plats en décembre… alors on limite les attaques acides sur les dents responsables des caries.

- Inscrire les enfants dans un club de sport – ou nous-même – sans oublier le protège-dents si le sport est à risque.

À vous de jouer, pour une nouvelle année 2015 en pleine santé bucco-dentaire !

80 strucures microdontiques retirées chez un enfant de 7 ans

INDORE, Inde : Des médecins ont réalisé une opération assez surprenante dans un hôpital de la ville d´Indore dans l'état du Madhya Pradesh : ils ont enlevé à un garçon de 7 ans, 80 structures de type dentaire. L´enfant se plaignait depuis plusieurs jours de douleurs à la mâchoire supérieure. Après consultation, les radiographies ont relevé la présence d´un odontome.

Cela faisait plusieurs jours que le jeune Indien souffrait de douleurs à la mâchoire. « Le patient était venu nous consulter il y a cinq jours, il avait un abcès au niveau de la maxillaire supérieure », a expliqué à Times Of India le Dr Maheshwari, qui a mené l'opération. Les radiographies ont permis de poser le diagnostic d´un cas d´odontome. « Nous avons planifié l'opération chirurgicale et enlevé 80 éléments de type dentaire, après avoir nettoyé l'abcès », a-t-il ajouté.

Les odontomes sont les tumeurs odontogènes les plus fréquentes. Il s’agit d’une malformation locale ne possédant aucune autonomie de croissance. L’odontome composé (compound odontoma) se caractérise par une accumulation de structures microdontiques présentant l’ensemble des tissus dentaires correctement disposés. Ils se trouvent le plus fréquemment chez les jeunes patients dans la partie antérieure du maxillaire supérieur.

Selon Times Of India, le jeune homme a développé une tumeur du côté gauche et a été amené à l'hôpital après que tous les traitements administrés dans son village aient échoués. L´opération pour enlever l'abcès (de 5 sur 3,5 centimètres) et les 80 structures microdontiques a duré près de quatre heures. L´opération était d´autant plus délicate que la tumeur avait affaibli la mâchoire augmentant les risques de fracture. « Des cellules productrices de dents ne sont normalement pas trouvées dans de telles proportions chez les enfants de cet âge », a commenté le Dr. Ankit Khasgiwala qui a participé à l'opération. « Si le patient était venu nous voir quatre ans plus tard, au moins 200 autres structures de type dentaires auraient pu se développer », a-t-il déclaré. C'est précisément ce qui est arrivé à un autre adolescent indien âgé de 17 ans qui a subi en juillet dernier une opération de sept heures durant lesquelles 232 structures de type dentaire lui ont été retirées.